Recueil de poèmes

De L’Echo des Livres

« La poésie est un exercice difficile, vivre sa vie en poésie et la transmettre par les mots est une lutte quotidienne pour le poète. Thierry Fériot est originaire de Pénestin, il a publié ce recueil où il décrit ses états d’âme et ses rêveries. Chaque poème est une interrogation, une réflexion, une recherche. Un poète à découvrir. » Véronique Blot

Poésies, le recueil.
« Je rêve souvent devant les vagues qui se brisent sur les rochers, je rêve de m’envoler comme une mouette pas vraiment rieuse qui lutte dans la tempête. »

 

couverturerecueilposies.jpg

Extrait

CHAMPIONNE

Elle virait la dernière bouée

L’eau ruisselait sur sa tenue noire

Les embruns giflaient son visage décidé

Une torsion rapide de son corps élancé

Et voilà la ligne droite décisive

Elle planait sur les vagues déchaînées

Comme si elle n’existait pas

Bientôt elle sourira comme devant son miroir

Les jours ou les nuits ne finissent pas

Elle aperçoit sa famille sur la plage

Ses parents, ses frères et soeurs sûrs de son succès

Une ovation la salue alors qu’elle accoste sur le rivage

Elle put alors crier au monde sa rage de vivre

 

POÈME

J’écrirai ce doux poème

Pour celle que j’aime

Pour oublier que j’aime

Le monde des hommes

Je m’enfermerai de même

Au creux de ma langueur

Pour oublier mes erreurs

Je ne suis qu’un homme

Je ne désire que le bonheur

Je m’enfermerai pour oublier

Le monde des hommes

Qui ne sont que des bêtes affamées

De guerre, de chaos, de sang

J’écrirai ce doux poème

Pour celle que j’aime

Pour oublier que j’aime

Le monde des hommes

Je tricherai pour ne plus croire

Qu’après la nuit viendra l’espoir

Je tricherai pour ne plus voir

Le reflet de mes yeux dans le miroir

J’écrirai ce doux poème

Pour ceux que j’aime

Pour oublier que j’aime

Le monde des hommes

Je construirai cette autre planète

Où de liesse en fêtes

Nous naviguerons en goélette

Comme des clochards, comme des ascètes

J’écrirai ce fou poème

Pour ceux que j’aime

Pour oublier que j’aime

Le monde des hommes

J’emmènerai quelques-uns, quelques-unes

Vers une meilleure fortune

Où l’ancre rouillera dans la lagune

Pour le bonheur des poissons lune

J’écrirai ce doux poème

Pour ceux que j’aime

Pour oublier que j’aime

Le monde des hommes

Je te regarderai petit Corto

Poussé vers le ciel, vers le haut

Dans les pierres de ton château

Là-bas où c’est si beau

J’écrirai ce doux poème

Pour vous que j’aime

Pour oublier que j’aime

Le monde des hommes

Le temps s’écoule au gré du métronome

Profites-en bien petit bonhomme

Gitans, tziganes et autres rom

Dansez, chantez pour tous les hommes

J’écris ces quelques vers

Pour tous ceux qui ont souffert

Visages foncés ou bien peaux claires

Les bambins, les pères et les mères

J’écris un doux poème

Sur des pages blanches

Quand les mots s’envolent

Légers comme des plumes

Publié dans : ||le 6 juin, 2008 |Pas de Commentaires »

Laisser un commentaire

ahmed bencherif écrivain et... |
HAZA LANITRA |
beauty $pot |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | coursparticuliersdefrancais
| Editions de la Mer d 'Egée
| hadiat allah